Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque - Site Archives

La créatrice de la féminologie

La lutte d’Antoinette Fouque (http://www.antoinettefouque-archives.com) ne cède pas aux tentations du militantisme sans concessions, elle défend la maternité, qui ne peut s’opposer à la libération des femmes. La théoricienne se démarque de Simone de Beauvoir et sa théorie du 2e sexe. Bien sûr, Antoinette Fouque a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs tels que "Portraits choisis" ou "Génération MLF 1968-2008".

Antoinette Fouque conservera toujours un fort enracinement à gauche de ses années passées dans un quartier ouvrier. Son enfance se passe paisiblement sereine dans un quartier populaire de Marseille. La cité phocéenne a vu naître cette grande militante en octobre 1936. Antoinette Fouque fait dans un premier temps ses études supérieures en région PACA puis gagne La Sorbonne. Elle est toujours étudiante quand elle rencontre son mari.

Une militante sur toute la planète

Toutes les causes ont été encouragées par Antoinette Fouque. Aux Nations Unies comme sur toute la planète, la militante porte la parole de la cause des femmes lors de conférences. Pour la militante, la femme du soldat inconnu est plus inconnue que lui. Elle le clame lors d'une manifestation du Mouvement de libération des femmes sous l'Arc de Triomphe. Antoinette Fouque crée l’Observatoire de la Misogynie et le Club Parité 2000.

Antoinette Fouque et les autres militantes font le choix d'enregistrer le Mouvement de libération des femmes comme une association loi 1901, nous sommes à ce moment à la fin des années soixante-dix. Elle lance le Mouvement de Libération des Femmes avec l'appui d'autres militantes. Antoinette Fouque se met en retrait du MLF lors de son départ pour les USA au début de la décennie 80. Le MLF, à ce moment en proie à des querelles intestines, a de moins en moins de militantes. Le Mouvement de libération des femmes a vu son sigle déposé à l'Institut national de la propriété intellectuelle afin d'esquiver toute récupération.

L’éditrice militante Antoinette Fouque et Les Editions des femmes

Totalisant plus de six cents ouvrages consacrés à la pensée des femmes, la maison d’édition d’Antoinette Fouque aide de nombreuses écrivaines à se faire un nom. Sa société d'édition lui donne la possibilité de valoriser la création féminine. Antoinette Fouque se rend compte à quel point les femmes tiennent peu de place dans le domaine du livre en coudoyant les milieux intellectuels.

Un chemin de l'enseignement à la psychanalyse

Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque obtient un DEA. Elle fréquente Monique Wittig, écrivaine féministe durant cette période. Dès le début des années 70, elle débat au sujet de la sexualité féminine sous la houlette de la philosophe féministe Luce Irigaray. En plus de l'enseignement, elle se fait critique littéraire pour deux maisons d’édition et écrit des notes de lecture pour une troisième. Antoinette Fouque a été enseignante après avoir décroché son diplôme Lettres.